Critique d’album – La Tragédie, « À Toi de Voir »

ATDV

 

 

En ce mois de novembre froid et déprimant, marqué par les drames à répétition et les tensions entre les différents maîtres de ce monde, il est parfois nécessaire de s’éloigner pour quelques instants des turbulences du commentariat socio-politique pour mieux replonger dans la musique, l’art et la poésie. Profitons donc de cette trève pour découvrir la formation québécoise La Tragédie, qui lançait le 17 novembre la version numérique de son tout nouvel album, « À Toi de Voir ».

Le jeune groupe, formé de David Atman (voix & guitare), Nika Cantabile (violon) et Simon Labrecque (basse) propose un univers musical mélancolique, souvent planant, où s’entremêlent les sonorités folk, rock progressif et post-rock. La poésie simple, claire et limpide retrouvée dans les paroles semble couler de source et s’allie parfaitement aux mélodies et aux rythmes, qui passent du soubresaut rock (La Nuit sans Fin) à la valse atmosphérique dépouillée (La Neige Fondra), tout en conservant une cohérence honorable. Ces textes poétiques tout en simplicité, qui explorent des thèmes tels l’espoir, l’aliénation, la contestation et l’apathie, révèlent une tension constante entre des éléments contradictoires qui se retrouvent en combat perpétuel au travers de références à Ducharme (L’Hiver Forcé), Artaud (Théâtre de la Cruauté) et peut-être même à Nietzsche (« l’abîme te dévisage »). C’est donc à une véritable recherche conceptuelle, artistique et philosophique que nous convie La Tragédie.

La Tragédie

Malgré un mixage quelques fois inégal, dans lequel chaque instrument ne respire pas toujours comme il le devrait, on ne peut résister à l’envie d’écouter la prochaine chanson et d’entendre ce que nous réserve La Tragédie. En ce sens, cet album s’avère un véritable périple sonore qui s’aborde comme un ensemble, tout en permettant à chaque morceau d’être son propre chapitre et d’ainsi préserver une identité musicale propre. Si la voix d’Atman, sa guitare généralement peu distortionnée et le violon presque omniprésent de Nika Cantabile assurent une agréable continuité tout au long de l’opus, il est tout de même remarquable d’entendre la formation passer de l’élan poétique absolu (La Bête Métaphysique) à la pure québécitude (Le Blues de la Tournée). C’est ainsi que les membres de La Tragédie semblent se faire autant héritiers d’Harmonium que des Colocs, phénomène rare dans une scène où prévalent de plus en plus les niches et les chasses gardées.

La Tragédie lancera l’album « À Toi de Voir » en format physique le dimanche 6 décembre à 14h, au bar l’Escalier (552, rue Ste-Catherine est)

The following two tabs change content below.
Evan J. Demers

Evan J. Demers

Né à Montréal en 1985 et titulaire d'un baccalauréat en Animation et Recherches Culturelles de l'Université du Québec à Montréal, je suis surtout un grand passionné de musique, de littérature, de politique et d'actualité.