Quel journalisme en crise ?

Les médias seraient au pied du mur avec l’arrivée de l’internet. Les compagnies publicitaires passeraient alors par les réseaux sociaux pour rejoindre les gens et non par l’entremise de journaux. Cette crise se serait amplifiée depuis 2008 avec la chute des marchés immobiliers. Tel que montré par le Pew Research Center :

journalisme

Dans cet article, je propose comme thèse que la crise médiatique touche en particulier le journalisme dit traditionnel et ouvre la porte à un retour de l’histoire soit le journalisme d’opinion.

D’où vient la presse neutre?

James Gordon Bennett

James Gordon Bennett est le père de la presse neutre. Il fonda le New York Herald en 1835 soit la première presse qui n’appuierait aucun candidat.

Nous n’appartenons à aucun parti, nous ne sommes l’organe d’aucune faction ou coterie et nous ne soutiendrons aucun candidat, pas plus pour la présidence que pour le plus mince emploi. Notre but est de recueillir et de donner des faits exacts, des renseignements précis sur tout ce qui se passe. Notre journal s’adresse aux masses, au négociant comme à l’ouvrier, au banquier comme au commis

Picture_of_the_New_York_Herald_Penny_Press

James Gordon Bennett fut aussi parmi les fondateurs de l’Associated Press. Son modèle d’affaires se répandit alors un peu partout en Occident. Ceci illustre mon premier argument : l’idée d’une presse neutre apparait avec les agences de presse et logiquement les journaux neutres n’ont au départ pas besoin de beaucoup de journalistes ou de correspondants, car ils utilisent les articles des agences. De plus, un journal est aussi une marque, mais si le lectorat se rend compte que peu importe le journal il se retrouve avec le même texte, à quoi bon acheter un journal plutôt qu’un autre. Ce n’est pas un hasard si au même moment ou les journaux américains coupent de plus en plus dans leurs effectifs, le PDG d’Associated Press, Gary Pruitt déclarait en 2013 : AP is in a financially strong position.

Gary Pruitt

La victoire de Matt Drudge

Matt Drudge
Matt Drudge

Matt Drudge est un journaliste-entrepreneur américain, fondateur du Drudge report en 1994. Connu pour ses positions conservatrices et ses collaborations à Fox News, il se fait appeler le Rupert Murdoch du numérique. Je pense qu’il illustre bien l’aboutissement logique de la presse neutre. Son site internet ne fait que mettre une série de liens vers des articles de journaux mainstream avec une présentation laissant à désirer. Le look du site internet n’a pas changé depuis sa fondation :

pew

On pourrait croire qu’un site comme celui-là n’attirerait pas un grand lectorat et pourtant il rivalise avec le New York times! Selon quantcast.com, le Drudge report attire 15 millions d’entrées uniques aux États-Unis. Le NY times en aurait 16.4 millions. Dans son rapport annuel de 2014, le NY times affiche un revenu de 1.5 milliard. Le Drudge report est évalué selon worthofweb à 500 millions. Cependant, le NY times engage 1330 journalistes alors que le Drudge report en a 1. Neutralité journalistique, uniformisation de l’information, victoire des algorithmes. Matt Drudge nous montre le modèle médiatique vers lequel nous nous dirigeons, une presse sans saveur, pouvant parler à tous, bref l’héritage de Gordon Bennett.

Journalisme: le vent tourne!

Allons voir du côté des médias télévisés. Le remplacement tranquille des chaines ‘objectives’ par des chaines orientées est visible aux États-Unis ou le marché médiatique n’est presque pas influencé par l’intervention gouvernementale. Fox News, ouvertement républicain, trône encore très loin en tête. Mais le phénomène intéressant est la chute de CNN et la montée de la chaine pro-démocrate MSNBC :

pew

Prenons maintenant l’exemple de la France. Nous voyons de plus en plus de journalistes endosser ouvertement des causes, débattre et justement payé pour réaliser des entrevues et des reportages. Le journaliste français doit de plus en plus devenir un intellectuel.

Éric Zemmour et Éric Naulleau
Éric Zemmour et Éric Naulleau

Ce que les Américains et les Français ont compris, c’est que s’informer représente aussi une forme de divertissement pour l’individu. Il y a aussi une envie de ne pas se faire mentir en pleine face par des gens se prétendant neutres. Par exemple, Radio-Canada est une chaine se disant objective, pourtant sa mission est claire servir à sauvegarder, enrichir et renforcer la structure culturelle, politique, sociale et économique du Canada. Aujourd’hui, Radio-Canada est dépassée en cotes d’écoute par Québécor dont les chaines de nouvelles ont un angle plus assumé. Nous voyons donc tranquillement cette tendance s’installer au Québec. Ce n’est pas tout, le magnat de presse Pierre-Karl Péladeau avait même refusé une rencontre avec le président du conseil de presse John Gomery jugeant que ce tribunal des médias l’empêchait de mener son entreprise comme il le souhaitait. On peut même penser qu’une des raisons de PKP de se lancer en politique comme indépendantiste est de pouvoir sortir de l’emprise du CRTC qu’il a ouvertement critiqué de nombreuses fois.

pkppp

Le vent tourne car nous voyons de plus en plus de nouvelles qu’on pourrait qualifier de jobs de bras au Québec. On pense aux révélations des liens de Philippe Couillard avec l’Arabie Saoudite et de la multiplication des articles sur l’islam au Québec dans les médias Québécor. De l’autre côté, Power Corp n’y est pas allé de main morte avec Péladeau en annonçant que des COMMUNISTES le soutenaient durant la chefferie.  Plus récemment, l’article de La Presse concernant les paradis fiscaux semble sortir suite aux attaques de ce-dernier contre le PLQ. Le journaliste de La Presse alla même jusqu’à parler des enjeux moraux de la situation. Nous pouvons aussi penser à la couverture de la dernière campagne fédérale par Radio-Canada qui était on ne peut plus claire sur les conservateurs. L’animateur vedette de cette chaine, Guy A. Lepage, fit même servir du champagne lors de son émission pour célébrer la défaite de Stephen Harper.

Il n’y a pas de crise

Il n’y a pas de crise mais bien une transformation du journalisme. Ayant délaissé un rôle assumé d’influence de l’opinion publique, les journaux ont en quelque sorte couru à leur perte. L’internet offre l’opportunité à n’importe qui de lancer un média comme nous l’avons fait avec gauchedroitistan. Pensons aussi à Ricochet, ou Glenn Greenwald avec son média The Intercept, Alain Soral et Égalité et réconciliation, Rebel media d’Ezra Levant, des médias capables de rivaliser avec des corporations qu’on pensait invincibles. Vous remarquerez que ces sites de nouvelles ne mettent pas ou sinon très peu de publicité. Un bon nombre de gens aiment ce néo-journalisme car il les informe tout en allant dans le sens de leurs valeurs. Les médias redeviendront le quatrième pouvoir pour le meilleur et pour le pire. C’est la victoire de Joseph Pulitzer.

Pulitzer

 

 

 

 

The following two tabs change content below.
Simon Lefranc

Simon Lefranc

Étudiant en journalisme à l'UQAM et dissident idéologique de cet endroit. Panéliste régulier du GAUCHEDROITISTAN. Passionné par la politique, l'actualité et l'innovation. Politiquement, je suis souverainiste; pour les gauchistes je suis de droite et pour les droitistes je suis de gauche, va-t-on savoir.